• Taille de l’article : Long
  • Temps de lecture : 8 minutes
  • Nombre de mots : 3371

En ces temps de confinement, la pause du 1er Mai a été pour nous tous d’une saveur particulière… Jason Barnard et l’équipe de SE-Ranking en à également profité pour faire une pause dans ce marathon de webinar sur le SEO.

La reprise se poursuit ce lundi après-midi avec un sujet qui n’est pas souvent abordé sur « comment mesurer ses performances seo ».

Sébastien et Sandrine vont parler de la Search-console ( décidément…on l’aime cette search console chez SE-Ranking…) , de Google Analytics et comment qualifier un bon backlink…

Qui est Sébastien Monnier ?

Sébastien a commencé dans le SEO il y a 20 ans en créant ses propres sites. Après avoir obtenu son Master en linguistique informatique il travailla jusqu’en 2006 dans un laboratoire de recherche pour ensuite s’exiler en Irlande dans l’équipe « qualité de recherche »chez…Google.

Il est en charge de combattre le webspam et intègre également le support technique de la cellule Google Analytics

De retour en France en 2009, il monte son agence de webmarketing Woptimo et travaille pour des grandes marques en proposant ses services en SEO.

Aujourd’hui il donne de nombreuses conférences et recentre le cœur de son activité à ce qu’il aime le plus : Les datas, les analyses, le traitement des données

Qui est Sandrine Bertrand ?

Native de Paris et aujourd’hui basée à Toulouse, Sandrine fait partie des rares femmes visibles ayant réussi dans le SEO.

Ses premiers jobs dans la restauration ne lui convenaient pas… Elle décide de se reconvertir dans le SEO et apparaît en public fin 2010 pour animer une conférence sur « comment faire des liens de confiance »

Après être passée chez l’annonceur, elle se lance à son propre compte puis travaille chez Planet-Cards en tant que Head of SEO.

Connue également pour enseigner auprès des webmasters en référencement naturel, cette motarde dans l’âme co-organise et co-anime chaque année dans la ville rose l’événement SEO SD-DAY qui réunit la communauté du métier.

Depuis un peu plus d’un an, elle a rejoint l’équipe de Seo-hackers en tant que consultante seo senior et analytics avec Paul Sanches et son associé Mathieu Gheerbrant, célèbre agence en référencement naturel

LA POSITION SUR GOOGLE : EST-CE ENCORE PERTINENT ?

positionnement-google

Par Sébastien Monnier

Avant de commencer, voici un petit récapitulatif pour mesurer vos données et utiliser le bon outil

QUOI ?POURQUOI ?COMMENT ?
VisibilitéPositions, analyse de SERPGoogle Search Console, SE Ranking
TraficSessions, ConversionsGoogle Analytics
PertinenceTaux de rebond, taux de lectureGoogle Analytics
PopularitéNb de domaines, Trust Flow,Citation FlowMajestic SEO, AhRef, Moz…
Que veut-on mesurer ?

Que vaut -il mieux utiliser ? Les outils externes ou bien internes à Google comme par exemple la Search-Console ?

La Search-Console a 16 mois d’ancienneté historique et par conséquence beaucoup de mots-clés dans sa base de données accessibles gratuitement.

Est-ce qu’elle va tuer les marchés des outils externes ?. Je ne le pense pas, je l’utilise beaucoup, mais dès que je pousse dans le SEO… J’ai besoin d’outils externes .


Search-ConsoleOutils externes
Prise en compte de la personnalisation *OUINON
Prise en compte des mots-clés absents
NONOUI si configuré
Facilité d’intégration en reporting
MoyenneEn fonction des outils
Impressions, clicsOUINON
Quels mots-clés ?50%selon sélection
Prise en compte de la géographiePas de précisionsSelon outil (Ok pour SERanking)
POSITION OUTIL EXTERNE VS GOOGLE SEARCH CONSOLE

* Par exemple, si on a une position 1 ainsi qu’une position 10, cela donne une position moyenne de 5. En terme d’analyse ce n’est pas idéal pais au moins, on a les 2 données.

   Si l’on compare les résultats de recherche de 2 internautes, on ne trouveras pas les mêmes positions sur la SERP car les résultats sont influencés par les datas-centers, les historiques de recherche, la situation géographique, etc…


ASTUCES GSC évaluer le nombre de mots-clés « offusqués » par Google

Les données visibles sur votre tableau de bord prennent en compte les mots-clés offusqués ( = mots-clés cachés), mais lorsque l’on regarde les détails, on ne les voit pas. Différence entre les 2 :


search-console

Pour pallier à cette incohérence, je vous livre une petite astuce : Utilisez un filtre « ne contenant pas -aaaaa » …Vous pouvez désormais voir apparaître la différence


Comment est calculé la position moyenne dans la Search-Console ?

  • Google comptabilise chaque encart comme une position, à l’exception des annonces Google-Ads, et ne compte pas non plus les liens suggérés…
  • Concernant les Carrousels : 1 présence = 1 position
  • Les menus déroulants « PAA » (People Also Ask) : Un seul encart, à priori enregistre une impression, et ce, même si on ne clique pas sur le menu déroulant.

positionnement-serp

Quelques conseils pour bien utiliser les positions moyennes

Faites attention lorsque vous les analysez : J’ai personnellement constaté sur un de mes sites un changement passant d’une position moyenne de 20 à 30 alors que j’ai entrepris des actions pour améliorer mon SEO.

Ce pas parce qu’elle baisse que vous êtes moins bon en référencement.

En y réfléchissant bien, si vous générez pleins de nouveaux mots-clés, il est tout à fait normal que celle-ci régresse.

Si vous voulez bien mesurer la performance, je vous conseille de cibler un lot de 100 à 200 mots-clés et observer l’évolution.

Un autre conseil  concernant les filtres géographiques : Si vous ciblez d’autres pays tel que la France : La Belgique ou le Canada par exemple, votre position moyenne va baisser de façon injuste…


COMMENT VÉRIFIER SON VRAI TRAFIC SEO AVEC GOOGLE ANALYTICS ?

google-analytics

Pour mesurer l’attribution du trafic issu du SEO, la plupart d entre nous ont pour habitude d’aller sur

Google Analytics > Acquisition > Canaux… Et repérer le trafic « organique.

Comment fonctionne l’attribution de canaux ?

Prenons un exemple :

  • Vous visitez pour la première fois en provenance des résultats naturels
  • Vous visitez une seconde fois via une connexion « Skype »
  • Résultat : Cette dernière n’est pas identifiable par Google. En conséquence, il va regarder vos visites au cours des 6 derniers mois.
google-organic

Par conséquence, vos résultats peuvent être biaisés…

session-par-acces-direct

Pour contourner ce problème, insérez une dimension secondaire « session par accès direct ».

Dans mon exemple, plus de la moitié des sessions sont de la visite directe : Ce qui rend l’information difficilement accessible.

Malheureusement, la fonction « session par accès direct » n’est accessible ni par l’API ( donc pas dans DataStudio), ni dans les segments de recherche.

Utiliser un segment « nouveaux utilisateurs en provenance de l’organic ».


nouveaux-utilisateurs-en-provenance de-l-organic

Cela supprime toutes les sessions des utilisateurs étant venus ces 2 dernières années.

Vous obtiendrez donc des données intéressantes pour connaitre votre acquisition pure en SEO.


QUELS MODÈLES D’ATTRIBUTION CHOISIR POUR PILOTER SES RÉSULTATS ?

L’attribution dans Google Analytics est une information importante pour connaitre votre levier d’acquisition.

Si vous avez un site e-commerce, allez dans l’onglet :

« Conversions > Entonnoir multi-canaux > outils de comparaison de modèles.


dernier-clic-indirect

Je vous encourage à comparer. Le SEO a tendance à « voler » le dernier clic sur certaines thématiques.

Une analyse en première interaction permet d’avoir une meilleure vision de l’apport du SEO. Il y a une différence entre le dernier clic indirect et la« première interaction ».

Un nouveau modèle d’attribution est apparu en version bêta depuis 6 mois. Il permet d’accéder à un système ( autrefois payant) de « machine learning ».

Des infos sur le parcours utilisateurs vous sont communiqués, mais attention : Les leviers utilisés n’ont pas forcément le même poids


data-driven-model

Ces datas permettent de coller le plus à la vrai performance. Ce qui est plus pertinent pour mesurer vos performances SEO : On va plus loin et on se pose des questions très importantes.

EFFICACITÉ DU CONTENU : QUELLES METRICS CHOISIR ?

efficacite-du-contenu

Suivi sur Google Analytics : Le taux de rebond

Le taux de rebond : Pour rappel, c’est le pourcentage de sessions n’ayant fait aucunes interaction remarquable avec le site.

  • Si vous déclenchez un événement : cela bloque le taux de rebond
  • A l’exception d’une page de produit, ce dernier à peu de pertinence
  • En revanche pour un blog c’est différent : Il faut être plus granulaire que cela sinon votre reporting ne veut pas dire grand-chose.
  • Dans quelques années le taux de rebond on arrêtera de parler du taux de rebond… on parlera de taux d’engagement.

Améliorer le suivi dans Google Analytics

Ce que je vous conseille c’est d’améliorer le suivi pour mieux mesurer l’interaction.

Quand on fait du SEO, on a souvent du contenu , c’est intéressant de savoir :

  • si il sera lu
  • Si les visiteurs on fait un scroll en fin de page
  • Suivre les micros conversions ( onglets lecture, vidéos)
  • Suivre la lecture ( nombre de mots, temps passé sur la page… On en voit un élément de lecture

Avec un peu de jus de cerveau et la bonne utilisation de Google Tags Manager, vous pouvez améliorer votre vision de la performance par rapport à la consommation de contenus.


Indicateurs Hors Google Analytics

Il existe des indicateurs que vous pouvez vous-même créer, simplement en lisant vos contenus.

Vous pouvez également utiliser des outils comme « 1.fr » et « Your text guru ». Vous augmentez la pertinence de vos contenus et la couverture des sujets

Pensez a diminuer le nombre de mots inutiles. attention on dit qu’il faut 1000 ou 2000 mots pour faire un bon article SEO, je suis d’accord mais ne balancez pas n’importe quoi…

Plus vous pouvez réduire et mieux ce sera…


Voici un exemple de ce qui ne faut pas faire :

EXEMPLE DE TEXTE A NE PAS FAIRE

Quand je lis un article je compte le nombre d’informations. J’essaye  de savoir les infos que je ne savais pas.

Si je n’ai appris que 1 ou 2 trucs sur un article de 500 mots, je commence à me poser des questions…


EFFICACITÉ DES BACKLINKS : QUELLES METRICS CHOISIR ?

backlinks

Par Sandrine Bertrand

Comment qualifier un backlink ?

J’ai différencié 2 grandes familles de backlinks :

  • Les backlinks Marketing
  • Les backlinks SEO

Les backlinks marketing :

  • C’est tous les liens qu on arrive a attraper
  • Ce sont les communicants , les personnes qui s’occupent des réseau-sociaux, des partenariats commerciaux, etc…
  • Ce sont des liens ou on vient voir le référenceur… après… Ils sont utiles car ils envoient  du trafic et ils convertissent.

Les backlinks SEO :

  • Ce sont les liens qui vont nous faire « ranker » pour aller chercher les positions.
  • Il arrive sur une page code 200 ( statut OK)
  • Il est en « Do-Follow »
  • Il est thématisé
  • Il ne sent pas le lien acheté (pour certains profils de liens, ça se voit comme le nez au milieu de la figure :-))
  • c’est un lien maîtrisé (Si je dois modifier quelque chose, j’ai la main dessus)

De quelle manière peut-on savoir si un lien est qualifié ?

Ouvrez votre page « Google Analytics » > Allez dans Acquisition > cliquez sur « via sites référents »

Vous obtenez toute la liste des liens qui vous envoi du trafic


N’oubliez pas aussi les campagnes : Vous pouvez aussi avoir des liens

Faites attention aux faux amis : Pensez à nettoyer dans Google Analytics tous les liens qui ne servent à rien.

  • Les moteurs de recherche : Sachez que Google est un mauvais joueur. Il ne va non pas les remonter en « site organique » mais plutôt en « site référent ». Ce n’est donc pas un vrai backlink.
  • Les réseaux-sociaux : Même chose, les liens sont en no-follow
  • Les services de « webmails »: comme par exemple les interfaces de La Poste, les messageries SFR, ou Orange sont qualifiées en tant que « mail » par Google.


Sébastien Monnier : Je vous conseille d’utiliser des « canaux personnalisés » de façon à afficher uniquement les « vrais référents ».

Il existe aussi un autre moyen pour qualifier des backlinks

Qualifier un backlink via la search-console

Dans l’onglet « liens », vous pouvez voir les liens du site d’origine.

Cette liste il faut l’extraire et la travailler

Nettoyez les liens qui ne sont pas indexés. Faites attention entre le moment ou le lien est visible dans la search-console et le moment ou vous regardez sur le site : Il a peut-être disparu.

Si c’est un lien qui n’est pas visité régulièrement par Google, il est possible qu’il reste un certain temps dans la search-console avant de disparaître.

Nettoyer aussi tous les liens qui sont en « NoFollow », « rel ugc » et « sponsored » : Ils sont inutiles pour le référenceur.

Faites de même pour les liens cachés : En fouillant sur un de mes sites, j’avais des liens qui n’apparaissaient plus dans le code source ni dans l’interface : Un paquet de liens était caché.

Les indicateurs hors Google :

Ils sont propres aux outils et n’ont rien à voir avec Google.

Vous pouvez obtenir une bonne note sur Majestic, Semrush ou SE-Ranking, et malgré tout être considéré comme lien toxique pour Google et donc ne rien valoir.

Ce n’est qu’un indicateur parmi tant d’autres.


MAJESTIC- SEOTrust flow (confiance – qualité)
Citation flow (popularité – quantité)
SEMRUSHautority score
SE-RANKINGautority score
MOZdomain authority (capacité à ranker) et page authority

Autre conseil, n’achetez pas un lien juste parce qu’il a un gros « DR » car les chiffres sont facilement manipulables : Certains sites bloquent ce robot. Vous n’avez donc pas toutes les infos.

Réalisez un audit complet

J’ai réalisé une extraction de l’outil SE-Ranking, ensuite c’est à vous de bosser : c’est long et chronophage mais c’est efficace.



Il ne vous reste plus qu’ à vérifier un par un que tous les liens soient :

  • Indexés
  • En No-Follow
  • La destination url (code réponse) > tout ce qui ne correspond pas à un statut 200 : Il va falloir les retravailler
  • L’ancre du lien (marque, optimisée,)
  • Les indicateurs externes
  • La thématique du site : J’ai déjà vu des liens pour un site funéraire dans un site de voiture de luxe… Il n’a rien à faire ici

Sur chaque lien, vous allez prendre une décision et noter un action à faire :

  • On garde
  • On modifie
  • On supprime ( plus à jour…)
  • On désavoue…. et uniquement quand on a une action manuelle

Plutôt que de désavouer, je préfère retravailler le lien en mettant la bonne page, en optimisant et en mettant à jour les images.

Fin des présentations

Les questions de Jason et des internautes

question

En tant qu’agence web je fais des liens pour des sites vers  mes clients, je ne tiens pas compte de la thématique : Es-ce pour le coup un mauvais lien ?

Sandrine : Pour le client oui, c’est toxique.

Ensuite c’est au cas par cas, le concernant, il faut qu’il soit dirigé vers une page « mes clients », « mes références » ou « témoignage ». On peut le thématiser.

C’est facile de faire un paragraphe, expliquer en quelques lignes le métier du client.

Ensuite on va faire un petit peu d’enrobage, il ne faut pas juste jeter une dizaine de liens sur une page, ça n’a plus de sens.

Si on a beaucoup de clients, cela vaut le coup de les regrouper par thématique.

Pourquoi le lien « ugc » et le lien « sponsored » ne sont pas considérés comme des backlinks ?

Sandrine : Google a affirmé qu’il ne prendrait pas en compte les liens commerciaux (no-follow et sponsored)

Maintenant il nous demande de l’écrire au sein du code.

Le lien « ugc » est une recommandation. Si Google estime que celui-ci n’est pas vrai il va moins le pondérer pour les autres. Il n’espère avoir que de vrais liens.

Aujourd’hui, il existe encore peu de texte sur ces nouveaux liens.

Sébastien : Je prend l’exemple sur Twitter : Si Barrack Obama twitte un lien ça paraitrait étonnant qu’il ne le prenne pas du tout en compte 🙂

Sur les plateformes de netlinking, es-ce conseillé d’acheter un lien? vrai lien ? Aura-t-il un vraie valeur ? Es-ce dangereux ?

Sandrine : Il faut faire attention lorsque vous faites un lien. Il faut arrêter de se mentir, on en achète tous ou on en vends tous… acheter des liens à l’aveugle, ça me chagrine vraiment.

Je paye pour voir, ça me semble trop dangeureux, on achète pas un lien juste avec une thématique et des indicateurs.

Par exemple, je vais acheter un lien provenant d’un site de voiture avec un Trust Flow  de 25 à 200€ : Parfois on peut avoir des surprises sur le contenu du site et sur le nombre de ses positions.

Si vous achetez des liens, regardez ce que vous achetez : Au supermarché vous n’achèterez certainement pas une boite de conserve sans étiquettes.

Demandez un peu plus d’infos sur vos liens. A vous de rentrer en contact directement avec le vendeur, de négocier différemment vos achats de façon à récolter un peu plus d’infos sur vos listes.

Sébastien : Mon avis perso : Les plateformes c’est de la merde. Je suis clair et net, quand je travaillais chez Google c’est le genre de sites que je pénalisais.

La plupart du temps c’est inutile, et vous pouvez d’une faire beaucoup plus de choses intéressantes avec votre argent, et d’autre part vous risquez des pénalités.

Sandrine : Il ne faut pas gâcher tout son argent mais bien réfléchir à ce que vous faites.

Jason Barnard : Quand j’ai démarré dans le web, j’avais lancé un site sur les jouets et je n’avais jamais recours à l’achat de liens.

Ils venaient naturellement, par intérêt car le contenu était de bonne qualité.

Mais si je prend l’exemple d’un site avec un produit plus chiant comme les clous : Avoir des liens c’est difficile.

Je réfléchirai à placer des liens sur des sites spécialisés : Pourquoi ne pas contacter les gens dans l’industrie et proposer un échange de lien naturel par exemple ?

Sandrine : Tout à fait, le premier conseil que je donne et particulièrement sur les petites structures qui n’ont pas de gros budgets, c’est allez voir vos fournisseurs et vos client… Ils sont facile à avoir.

Peut-on combiner la Search-Console et Google Analytics pour trouver les mots-clés ?

Sébastien : On peut intégrer la Search-Console dans Google Analytics mais attention…

Quand vous faites cette intégration, c’est rien de plus que quand vous exportez vos données sur un fichier excel…

…Et meme chose avec la Search-Console et que vous comparez : Ce ne sont pas des vrais fusions de données, il n’y a jamais eu de moyens de connaitre l’efficacité d’un mot clé sur tel conversion.

C’est impossible car l’info n’est pas reçu par le site web.

En revanche on peut le savoir sur la page de destination et essayer de deviner par rapport à cette page le mot-clé qui a converti… Mais cela ne reste que de la devinette…

Que voulais tu dire par les mots inutiles à enlever du contenu ?

Sébastien : En ergonomie, quand on relit un texte, on peut supprimer pleins de mots.

Par exemple des subordonnées ultra longues (alors je peux vous dire que, etc…)

Même moi quand j’écris , je laisse reposer une semaine et je supprime des mots , c’est un vrai travail.

C’est pas la taille qui va compter : C’est le poids de l’info que vous allez mettre.

Jason : Parfois il faut savoir prendre un peu plus de recul pour se dire que l’on en sait beaucoup plus que mes lecteurs, donc il faut savoir être neutre.

Sébastien : Quand je travaille pour un client, je ne le connais pas forcément , donc je suis dans la cible 🙂

A quoi correspond « direct none » dans le rapport source support ?

Sébastien : Une poubelle…Tout simplement… Pour ce que Google n’arrive pas à placer. Il ne sait pas d’ou l’on vient. Donc ce n’est pas forcément les internautes qui rentrent l’adresse du site à la main. Un lien Gmail par exemple sera fera en direct…

Comment google traque les visites à multiples reprises ? par « cookies » ou « adresse ip » ?

Sébastien : En utilisant lar cookies.

Un utilisateur est un cookie.

Les adresses ip ne sont utilisées que pour les géolocalisations et ensuite abandonnées. Elles ne sont pas stockées par Google.

Que peux tu nous dire sur le tracking « multi-appareils » ?

Sébastien : Pour mesurer ses performances il y a 2 méthodes :

Méthode 1 : Quand vous pouvez vous loger sur le site (mobile + desktop), on va pouvoir envoyer « l’user id » , et google va pouvoir fusionner les 2 sessions avec le même utilisateur.

Méthode 2 : Si vous n’êtes pas en système de log, vous allez pouvoir utiliser ce que l’on appelle « google signaled » : C’est à dire utiliser le cookie de google pour essayer de fusionner les 2… Mais ça ne marche pas très bien

C’est vite retombé , c’est pas très pertinent, on ne sait pas très bien comment c’est connecté, privilégiez plutôt « l user id » en incitant les gens à s’identifier…

Quelle est la différence entre supprimer et désavouer un lien ?

Sandrine :

Supprimer un lien : , Contacter le site pour essayer de le supprimer lorsque vous n’avez pas la main.

Désavouer le lien : Envoyer un fichier à google pour lui dire que vous ne voulez plus qu’il prenne ce lien en considération.

Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout 🙂


La vidéo complète du webinare


ARTICLES SIMILAIRES

Search Console : 10 points à savoir pour mieux l’utiliser

Nettoyage de printemps de WordPress pour bien relancer son SEO

Anticiper le dé-confinement sur le court et long terme

Ce qui change avec le Covid-19 pour le SEO


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

define( 'WC_REMOVE_ALL_DATA', true);
%d blogueurs aiment cette page :